samedi 6 décembre 2014

Nous étions le sel de la mer : Roxanne Bouchard


Résumé
« C'est Vital. Ça a l'air qu'il a ramassé un cadavre dans ses filets. Il l'a dit dans sa radio. Tu veux qu'on t'en raconte, des histoires de marins? Reste avec nous autres pis tu vas en voir, la p'tite! »

Ce matin-là, Vital Bujold a repêché le corps d'une femme qui, jadis, avait viré le cœur des hommes à l'envers. En Gaspésie, la vérité se fait rare, surtout sur les quais de pêche. Les interrogatoires dérivent en placotages, les indices se dispersent sur la grève, les faits s'estompent dans la vague, et le sergent Moralès, enquêteur dans cette affaire, aurait bien besoin d'un double scotch.

Mon avis (Lu il y a peu de temps)
Je viens à peine de refermer la dernière page et je suis encore émue par cette lecture. Totalement ébahie par les mots d’une plume superbe. Une auteure que je regrette ne pas avoir lu avant.
Avant tout il y a ce superbe titre qui m’a accroché le cœur dès que je l’ai lu. Puis, dès les premières pages, je suis restée captivée par ce récit campé en bord de mer à Caplan, petit village pittoresque de la Gaspésie en plein Baie des Chaleurs. L’auteure y a ancré son imagination de très belle façon en nous offrant une histoire poignante, secrète et empreinte d’humour. Des personnages principaux comme Catherine, Cyrille entre autre mais également des secondaires tous aussi importants, mystérieux, certains fort colorés avec une parlure autant belle que drôle.
C’est un roman de quête de soi, de recherche de vérité racontant la douleur et des secrets trop longtemps enfouis. Une histoire magnifique qui remue et chamboule autant par l’intrigue que par les descriptions plus que belles que nous offre l’auteure. Des passages forts, intenses dans lesquels s’ajoutent des moments d’humour et cet amalgame s’avère remarquable finalement.
Bref, une sacrée conteuse que dame Bouchard et je me permets sans crainte de vous conseiller de lire ce roman, c’est un petit bijou.

Extraits
Cyrille, il disait que la mer était une courtepointe. Des morceaux de vagues attachées par des fils de soleil. Il disait qu’elle avalait les histoires du monde et les digérait longuement,  dans son ventre cobalt, pour n’en renvoyer que des reflets déformés… 

Frotte les étoiles, toi qui dis m’aimer, fais briller les constellations, afin que je puisse revoir, à travers le rideau noir de ma vie, un restant d’éphémérides, un bout de Cassiopée, et que les vœux me soient de nouveau permis.

Nous étions le sel de la mer : Roxanne Bouchard
Editions VLB 2014

4 commentaires:

Jules a dit...

Il est définitivement dans ma liste à lire! J'avais tellement aimé Whisky et Paraboles...

Florinette a dit...

Très bel extrait, ça donne envie d'aller plus loin ! :-) Bonne journée Suzanne, bisous

Suzanne a dit...

@ Jules
Je n'ai pas lu Whisky et paraboles mais sois assurée que je vais y remédier bientôt.

Suzanne a dit...

@ Florinette

Oui, oui n'hésite pas dame Flo.