jeudi 19 février 2015

Ça de Stephen King

Résumé
Enfants, dans leur petite ville de Derry, Ben, Eddie, Richie et la petite bande du « Club des ratés », comme ils se désignaient, ont été confrontés à l'horreur absolue ça, cette chose épouvantable, tapie dans les égouts et capable de déchiqueter vif un garçonnet de six ans...
Vingt-sept ans plus tard, l'appel de l'un d'entre eux les réunit sur les lieux de leur enfance. Car l'horreur, de nouveau, se déchaîne, comme si elle devait de façon cyclique et régulière frapper la petite cité.
Entre le passé et le présent, l'enfance et l'âge adulte, l'oubli des terreurs et leur insoutenable retour, l'auteur de Sac d'os nous convie à un fascinant voyage vers le Mal, avec une de ses oeuvres les plus amples et les plus fortes.

Mon avis (Lu il y a longtemps)
Je ne sais comment vous décrire ce livre sans vous dévoiler trop de l’histoire. Épeurant, terrifiant oui mais avant tout, une superbe histoire sur l’amitié, de l’enfance à l’âge adulte.
J’ai eu peur oui mais surtout dans mes souvenirs car qui de nous n’a pas eu cet horrible chose qui nous faisait peur étant enfant, une forme, un fantôme ou même un clown, une sorte de  Ça ? Oui il y a de l’horreur mais pas que ce genre. Ne chercher pas le sanguinaire par contre car c’est de la terreur pure, celle qui active vos battements de cœur à chaque page, celle qui fait que des frissons vous parcourent l’épine dorsale et que vous n’oser pas vous retourner par peur de…..Ça.

Et il y a aussi de la magie. Celle qui règle et guérit. Un livre superbe, des personnages magnifiques bref, un excellent bouquin, selon moi une très, très grande réussite du maître dans lequel l’ennui n’a pas de place.
Je n’en écris pas plus, à vous de découvrir.

P.S. Pour ceux et celles qui ont vu le téléfilm, celui-ci a été «épuré» pour la télévision et l’histoire n’est vraiment pas complète. Alors ne vous y fiez aucunement.

Ça de Stephen King
Livre de poche 2001

Lus de l'auteur:  22/11/63 - Cycle de La Tour sombre - Dôme - Joyland - La ligne verte - Nuit noire, étoiles mortes

Aucun commentaire: