dimanche 28 décembre 2014

Mal de pierres de Milena Agus

Résumé
Au centre, l'héroïne: jeune Sarde étrange "aux longs cheveux noirs et aux yeux immenses". Toujours en décalage, toujours à contretemps, toujours à côté de sa propre vie... A l'arrière-plan, les personnages secondaires, peints avec une touche d'une extraordinaire finesse: le mari, épousé par raison pendant la Seconde Guerre, sensuel taciturne à jamais mal connu; le Rescapé, brève rencontre sur le Continent, à l'empreinte indélébile; le fils, inespéré, et futur pianiste; enfin, la petite-fille, narratrice de cette histoire, la seule qui permettra à l'héroïne de se révéler dans sa vérité. Mais sait-on jamais tout de quelqu'un, aussi proche soit-il...

Mon avis (Lu il y a longtemps)
Je n’ai jamais été adepte des romans d’amour surtout ceux  qui se terminent souvent ainsi : « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants». Des romans à l’eau de rose bof! Mais je ne déteste pas lire le genre de roman racontant l’amour avec  toute son importance, ses bons, beaux  et mauvais côtés. Celui auquel on ne croit pas ou celui qui fait mal tellement on y croit trop et espère. L’impossible aussi ou l’amour vrai, le simple, l’unique. Mal de pierres fait partie de ce genre de romans qui raconte celui-là ou celui qui surprend, qui accroche et qui fait vivre des émotions qui restent là, en dedans, inoubliables.
C’est ce que nous raconte l’auteure par une narration à double voix qui nous offre l’histoire d’une femme mariée contre son gré, vivant un amour inexistant, un amour obligé tout simplement. Une femme qui, aux yeux de son entourage passera comme un être marginal, une personne mystérieuse aux comportements «hors norme». Une femme  qui vivra, malgré tout, son rêve d’aimer à la folie.
À travers les mots de cette héroïne et ceux de sa petite fille  la passion sous toutes ses formes nous est décrite page après page.
Un tout petit roman fort bien écrit dans un style tantôt simple, tout en douceur, tantôt direct et parfois insolent. Un très beau livre qui, je l’avoue, ne m’a pas laissée indifférente.

Mal de pierres de Milena Agus
Liana Lévi, 2007

Aucun commentaire: