mardi 2 décembre 2014

Dôme de Stephen King


Présentation
Une petite ville du Maine est coupée du reste du monde par un champ de force invisible. L'armée n'arrive pas à percer d'ouverture et les vivres se raréfient. Big Jim Rennie, un politicien pourri, y voit une opportunité de mettre la ville sous sa coupe. Un nouvel ordre social s'établit et la résistance s'organise.

Mon avis (Lu il y a un bout)
D’aussi longtemps que je me souvienne, dès qu’arrive sur les rayons le dernier «bébé» de Stephen King, je veux le lire au plus vite car je ne vous cacherai pas que je suis une fan de cet écrivain. De Christine, Cujo, Ça, Le Fléau, en passant par La Ligne verte, Misery, Écriture  et j’en passe et j’en passe, cet auteur m’a fait vivre de sacrés bons moments de lecture.
Même si un grand nombre de ses écrits sont excellents, d’autres , faut quand même l’admettre, m’ont aussi laissée sur ma faim;  comme si la magie n’avait pas opéré. Et Dôme fait partie de ceux-là.
Mais attention je ne dis pas que ce dernier roman n’est pas bien au contraire, son intrigue est intéressante mais ne vous attendez pas à du nouveau ou une grande surprise mais plutôt à une sorte de copie sur plus petite échelle de Le Fléau. Un héros, quelques fidèles copains/copines, un nombre incroyable de personnages secondaires, (un peu trop selon moi), du sang, des meurtres, de la violence, une histoire mêlant thriller, drame et fantastique s’échelonnant sur près de 1200 pages!

L’intrigue de Dôme se déroule à Chester Mill, dans le Maine et dès les premières lignes se met en place. Comme ça, un beau matin d’automne, cette petite ville se retrouve coupée du reste du monde par un mur invisible, une sorte de champ magnétique qui détruit quiconque qui s’en approche. Un dôme invisible et indestructible.  À l’intérieur s’installe alors le chaos. Tous veulent survivre mais certains, surtout le très détestable deuxième conseiller Rennie, par abus de pouvoir, vont semer le règne totalitaire que va tenter de combattre Dale Barbara  ancien militaire ayant fait la guerre d’Irak et fort peu apprécié de Rennie et ses acolytes.
Un roman très dense où se mêlent non seulement le combat entre le bien et le mal mais aussi politiques, environnement,  abus de pouvoir, les droits et libertés.
Bref, comme j’ai écrit plus haut, Dôme n’est pas mauvais et on y retrouve la touche de King.  Je n’ai pas détesté car je me suis rendue jusqu’au point final, malgré que l’intrigue, bien que complexe par moment, amène un lot de passages se devinant aisément. Finalement, je m’attendais à plus du dernier roman de King mais je dois admettre tout de même que ce roman sort quand même gagnant.

Dôme (tomes 1 et 2) de Stephen King
Albin Michel, 2011

Aucun commentaire: